Témoignage : Un appel à la consécration en couple

L'homme dit alors : « Cette fois-ci, voilà los de mes os et la chair de ma chair ! On l’appellera : femme. »
A cause de cela, l'homme quittera son père et sa mère, il s'attachera à sa femme, et tous deux ne feront plus qu'un. Génèse 2,23-24

Un appel à la consécration en couple

Elie : "Toute ma vie était réglée comme du papier à musique. Entré à 18 ans en communauté, j'ai progressé grâce à la formation et au soutien de mes frères religieux. Assez vite, on m'a confié des responsabilités jusqu'à devenir le supérieur de cette petite congrégation. Ma vie était heureuse, paisible portée par la liturgie, une vie communautaire simple et vraie, des expériences humaines et apostoliques riches et variées. Ma vocation a toujours été parfaitement claire, sans regret."

Angélique : "J’ai toujours cru en Dieu mais la pratique de la foi a toujours été fluctuante. A l’adolescence, j’ai pensé à la vie religieuse sans jamais avoir l’opportunité ni d’en parler ni de rencontrer des personnes qui puissent m’accompagner dans cette voie.  Une année avant de rencontrer Elie, je me suis sentie appelée à retourner à l’Eglise. J’ignore pourquoi ou comment. La présence de Dieu me remplissait et éclairait mon chemin quotidien. C’était tout ce qui importait."

Elie : "Les premiers échanges avec Angélique ont tourné autour de projets pour les familles. Nous avons mis du temps pour nous rencontrer. Au bout d'un an cependant, il y a eu un chemin qui a commencé à s'éclairer pour nous deux : une consécration en couple. Vues ma formation et ma situation, j'étais très réticent. « Une consécration en couple ? Ça n'existe pas » « Je suis déjà engagé pour la vie »..."

Angélique : "De mon côté, les écueils de la vie me laissaient seule avec deux petites filles en bas âge et il était absolument hors de question de m’engager dans une quelconque histoire cachée ou tordue. Je n’en avais pas envie. Je ne m’étais jamais mariée à l’église à cause de la conviction de ne pas avoir à mes côtés une personne suffisamment proche de Dieu qui serait assez fidèle pour s’engager pour la vie devant Dieu."

Elie : "Notre réticence a été vaincu par petites touches successives : à travers des signes demandés et obtenus, des concours de circonstances très révélateurs. En voici un entre mille : un jour, j'invite Angélique et ses enfants à participer à une messe de semaine pour ne pas célébrer seul. La lecture de cette première messe que je célébrai avec elles étaient 1 Tim 3, 2 'le presbytre doit être irréprochable, époux d’une seule femme'."

Angélique : "Des signes, oui nous en avons eu en nombre ! C’est la fidélité d’Elie et la forte conviction intérieure d’un appel particulier à rejoindre le Christ avec Elie qui m’a permis d’accepter cette voie difficile et inconnue."

Elie : "Quand nous sommes arrivés à une certitude concernant notre chemin, j'ai demandé un signe : que mon père spirituel soit ouvert et me soutienne. Je lui ai donc envoyé un long mail présentant mon interrogation sur un changement de trajectoire dans ma vocation. Puis, je suis allé le recontrer longuement... À ma grande surprise il a accueilli l'intuition sous-jacente à ma demande (la consécration en couple) et me l'a même fait mieux comprendre encore. Bref la certitude morale que nous avions était renforcée par une certitude rationnelle et une foi plus grande encore sur notre destin.

Cette certitude allait nous être bien nécessaire pour passer les turbulences qui allaient venir.

Comment m'ouvrir de cette intuition – qui n'était pas seulement pour nous deux ? Je ne savais pas où tout cela allait nous mener et surtout comment les choses allaient évoluer. J'ai présenté plus personnellement  Angélique en communauté. J'ai présenté plusieurs textes dans le cadre de la préparation de notre chapitre général. Plus je voyais les choses clairement, plus j'en parlais sans détour, plus les portes se fermaient."

Angélique : "Cette période a été douloureuse pour moi. J’ai eu l’impression d’être le bouc émissaire de toute une communauté, d’être la responsable de n’importe quelle chose qui ne tournait pas rond. Une fois encore, la conviction d’un appel et la foi en Dieu ont été les plus fortes."

Elie : "Cela semblait sans issue. Pourtant notre certitude était toujours là. Que faire ? Le discernement avait été opéré. Il n'y a pas de discernement sans faire le pas, sans se risquer. Nous avons donc décidé d'avancer malgré les objections. Pour notre plus grand bonheur."

Elie : "À ce jour, je peux dire que je n'ai pas de regret malgré les avanies. Je ne doute pas qu'un jour, les relations qui ont été contrariées par notre décision retrouveront leur force. La clarté et la certitude sont toujours là : le Seigneur nous attendait tous les deux."

Angélique :"Je partage pleinement ce qu’Elie et moi appelons notre appel de couple consacré à Dieu. Chaque jour, le quotidien est rempli de l’Amour de Dieu. Aucun obstacle ne trouve sa solution sans la prière. Certes, c’est un chemin de sacrifice par rapport au sacerdoce d’Elie mais c’est surtout un chemin d’Amour pour nous deux et nos enfants."











Copyright © 2017 L'Arbre de Jessé - Mentions légales